Les employeurs commencent à comprendre leur intérêt de préserver la santé de leurs employés. Le document unique d’évaluation risques professionnels et les RPS (Risques Psycho-Sociaux), deviennent maintenant des outils managériaux. De plus, l’obligation depuis peu d’adhérer à une unique mutuelle, donne l’occasion de mettre en place des actions de prévention.

Différents stratégies sont mises en place pour offrir aux salariés quelques minutes, voire quelques heures pour les accompagner dans la gestion du stress. Des interventions basées sur la relaxation ou la sophrologie mettent l’accent sur la régulation des effets néfastes de notre environnement de travail. D’autres approches plus radicales notamment à travers l’hypnose, se développent au sein de l’entreprise.

Les bienfaits de l’hypnose dans le monde du travail

Depuis très longtemps l’hypnose a été considérée à tort comme une pratique extravagante. Pourtant à l’origine, elle était utilisée d’abord pour soigner comme thérapie médicale. Aujourd’hui les professionnels communique la technique d’autohypnose pour:

  • Diminuer la fatigue, le stress et regagner de la confiance en soi
  • Se débarrasser des mauvaises habitudes
  • Surmonter les excès de travail
  • Simplement se relaxer et reprendre la maitrise du temps

L’idée repose que notre inconscient prend le pas sur notre conscient. Autrement dit, la plupart du temps, c’est notre inconscient qui dirige nos actions, nos mots, notre organisation ou encore notre relation aux autres et à l’environnement.

L’autohypnose consiste à se mettre dans de bonnes conditions et d’appliquer les étapes suivantes :

  • Installation et mise en condition (s’isoler au calme et bien s’installer)
  • Détermination d’un objectif (par exemple passer la prochaine réunion sans s’énerver)
  • Pose de fusibles (poser une protection)
  • Induction (partir en transe hypnotique)

Ce qui ne fonctionne pas avec l’hypnothérapie

L’utilisation de l’hypnothérapie au sens large du terme, ne peut fonctionner sans visée précise. Il n’est pas possible d’en attendre « d’aller mieux » ou de se « sentir bien ». Des attentes généralistes ne permettent pas à l’inconscient de se saisir des potentialités.

Autre point important, le moteur est d’abord la personne. Si le salarié n’adhère pas, ici dans le cadre de l’entreprise, la démarche est vouée à l’échec. Le volontariat devient donc l’élément indispensable à la réussite de cette technique.

34% des salariés se sentent concernés par le stress dit professionnel et nul doute au vu du marché du travail que ce chiffre augmentera. Gérer les tensions, les conflits,  parfois les phobies peuvent être traités par un hypnothérapeute. Il donnera les conseils et techniques à ses clients pour les amener à utiliser au mieux cette méthode.