Pour perdre du poids, il faut apprendre à modifier ses habitudes alimentaires. Et l'hypnose peut vous aider à changer de comportement ! Le Dr Jean-Marc Benhaiem, médecin hypnothérapeute et responsable de formation à l'hypnose médicale, nous dévoile les secrets d'une méthode qui semble très efficace. Quand le pendule fait pencher la balance du bon côté…

Doctissimo : Comment l'hypnose peut-elle concrètement faire perdre du poids ?

Dr Benhaiem : Grâce à l'hypnose, nous pouvons modifier le comportement et la relation qu'a la personne avec son alimentation. Par exemple, si elle considère les sucreries comme une forme de récompense, elle ne pourra pas s'en passer sans le ressentir comme une punition. Pour qu'elle puisse maigrir, il faudra changer cette perception. De même, si une personne trouve les légumes trop tristes, l'alcool gai, ou pense qu'il faut manger énormément pour montrer que l'on a la santé, il faut changer ces comportements.

Doctissimo : Comment faites-vous en pratique au cours de vos séances pour modifier ces mauvaises habitudes ?

Dr Benhaiem : D'abord, plusieurs entrevues permettent de cerner la position du patient à l'égard de l'hypnose : en général, en deux séances, on pourra déterminer s'il est sensible à cette approche. Car si tout le monde peut bénéficier de l'hypnose, certains ne sont pas prêts au changement. Par exemple, ils n'ont pas suffisamment de soutien autour d'eux, ou jugent la remise en cause de leur mode de vie trop importante. Puis on commence la thérapie par groupes de 2 à 4 personnes, dans lesquels chacun intervient et peut échanger sur ses problèmes. Les séances d'hypnoses débutent ensuite, je reprends alors ce qui a été dit pendant pour la suggestion.

Doctissimo : Quelle est le taux de réussite de cette méthode ?

Dr Benhaiem : Modifier le comportement alimentaire est difficile. D'autant plus lorsque qu'il y a un travail de sape permanent, qu'il vienne de la publicité, des parents, des amis… Car il faut lutter contre la pression de la société et de la famille ! Face à ces pressions, certains résistent et d'autres craquent. Globalement, 20 % des personnes perdent du poids de manière stable, 20 % sont influencés par leur environnement et gèrent plus ou moins bien leurs habitues alimentaires. Les autres ne parviennent pas à changer leur comportement. Mais par comparaison, ce travail de sape est moins important pour le tabac, et il est ainsi plus simple d'arrêter de fumer que de perdre du poids ! Sur les paquets de bonbons et de gâteaux il faudrait indiquer "Risque d'obésité et d'hypercholestérolémie" !

Lire la suite