Blog

Toute l'actualité de Prohypnose

L’hypnose et les expériences traumatiques

L'hypnothérapie & traumatismes

On ne s’improvise pas thérapeute surtout dans le cadre d’une séance d’hypnose en direction des personnes souffrant de traumatismes liés à l’enfance ou à des parcours de vie chaotiques. Prohypnose a développé dans ce sens une approche respectueuse de la personne, qui repose sur la certitude qu’elle possède en elle-même les ressources pour rétablir son propre équilibre.

Le thérapeute à l’écoute de son client l’accompagne à trouver les réponses qui lui permettront de retrouver sa santé physique et morale en appliquant par l’hypnose des scenarios conçus et validés le client.

Lire plus

Je souhaitais arrêter de fumer mais avec une méthode naturelle

Témoignage d'un client

Témoignage d'un client que nous nommerons Hugo par souci de confidentialité  :
Je souhaitais arrêter de fumer mais avec une méthode naturelle, sans prise de poids et sans nervosité pour mon entourage. Beaucoup de mes clients en chambres d’hôtes me conseillaient l’hypnose. J’ai choisi Florence parmi les hypnothérapeutes diplômés et par proximité géographique.

Lire plus

Tout savoir sur l’autohypnose

L’autohypnose pourquoi faire ?

Vous recherchez des informations sur l’autohypnose car vous savez déjà ce que vous souhaitez changer : Arrêter de fumer, maigrir, s’endormir, gérer son sommeil, maigrir, oublier, contre le stress ou les angoisses…etc. Ces quelques exemples sont les plus fréquemment tapés sur les moteurs de recherche. C’est un bon début, car l’autohypnose nécessite d’être au clair sur le changement attendu. Commencez donc par définir votre objectif qui doit être personnel-possible à réaliser- formulé de façon positive. C’est la règle des 3 P.

Lire plus

L’hypnose m’a sortie de ma dépression

La dépression est l’un des principaux motifs de consultation en hypnothérapie.

Face à cette maladie douloureuse qu’est la dépression, les solutions ne sont pas si nombreuses. Pour Elodie, 43 ans, c’est l’hypnose qui lui a permis de remonter la pente.

Témoignage : Six mois après le début de ma procédure de divorce, mon médecin généraliste s’est s’alarmé de la dégradation de mon état et m’a orienté vers un psychothérapeute spécialisé dans l’hypnose. J’étais sous antidépresseurs depuis 4 mois. Je m’absentais de plus en plus souvent du travail, j’avais des idées noires, je me dépréciais, je m’excluais de toute activité sociale. Mon mari disait qu’il valait mieux se séparer et laisser à chacun la possibilité de refaire sa vie, que de vivre en prison. Je n’ai pas protesté car au fond de moi je savais qu’il avait raison, même si cela a été un choc. Nos enfants étaient grands et autonomes. J’avais peur du vide du quotidien, je ne voyais plus le sens de ma vie, et ressentais aussi la honte du divorce. A cette époque, je me sentais lourde à déplacer, moche à regarder car toute vie m’avait quittée, sans aucune envie et inutile.

Lire plus